Une mère laisse son bébé avec son ex-mari, le lendemain c’est l’horreur totale

Une mère laisse son bébé avec son ex-mari, le lendemain c’est l’horreur totale.

« Cette vie de mère célibataire face à un bébé ayant survécu est difficile »

Sierra Hunt, une jeune mère de 24 ans, a vécu un moment vraiment difficile. Voici ce qu’elle a raconté sur les médias sociaux.

« Mon monde s’est écroulé le 26 mai 2017. La nuit précédente, le père de ma fille, de qui j’étais séparée, est venu la chercher et l’a emmenée chez lui. J’étais au travail le lendemain matin lorsque mon patron est venu vers moi et m’a dit de me rendre à l’hôpital, car mon bébé était là. Je suis montée dans la voiture et j’ai réalisé que j’avais raté environ 20 appels de ma mère. Alors que je conduisais vers l’hôpital, elle a de nouveau appelé et quand j’ai répondu, je me suis souvenue d’avoir entendu crier et pleurer. »

« Je suis arrivée à l’urgence par moi-même très confuse. La veille au soir, j’avais demandé à son père comment elle allait et chaque fois qu’il répondait, elle allait bien. En me dirigeant vers les urgences, j’ai entendu le pire bruit de ma vie. C’était un son gémissant et je me souviens avoir pensé : “Il n’y a aucune chance que ce soit ma fille”. Les médecins et les infirmières allaient et venaient me poser une centaine de questions auxquelles je n’avais pas de réponse. J’ai regardé dans les yeux de ma fille de 3 mois et tout ce que j’ai vu était un regard vide. Le bébé heureux et souriant que j’avais tenu dans mes bras la veille n’était plus là. Les médecins ont réussi à la stabiliser suffisamment pour qu’elle soit transférée dans un hôpital pour enfants. Je ne savais toujours pas ce qui se passait. Ils m’ont dit que je ne pouvais pas monter avec elle et me rendre à l’hôpital pour enfants. »

« À ce moment-là, ma mère était arrivée. Elle nous a conduits à l’autre hôpital. En chemin, j’ai reçu un appel téléphonique. J’ai répondu et une infirmière de l’hôpital que nous venions de quitter m’a dit : “J’ai besoin de vous voir.” J’étais en colère et j’ai dit : “Pourquoi!?” Je pensais : “Oh, j’ai dû oublier de signer quelque chose”. La réalité ne m’a pas frappé jusqu’à ce qu’elle réponde : “Je ne peux pas vous le dire au téléphone.”

Elle n’avait pas à me le dire, je savais que ma fille était partie. C’est le moment qui m’a brisé. Je me suis mis à pleurer et à crier : elle est morte!

Nous sommes arrivées à l’hôpital et avons rencontré deux policiers. Ils nous ont emmenées dans une petite pièce, si vous avez déjà perdu quelqu’un, vous savez de quelle pièce je parle. L’infirmière s’est baissée et a dit : “Votre fille a cessé de vivre dès qu’elle est montée dans l’ambulance. Je voulais que vous puissiez lui dire au revoir. Ils font le RCR depuis 20 minutes et vont bientôt s’arrêter.”

J’ai répondu “non! Je ne veux pas la voir ainsi”. Quelque chose m’a dit de partir. Quand je suis entrée dans la pièce, tout ce dont je me souviens, c’est de la blancheur à l’exception de sa minuscule main bleue qui tremblait de haut en bas alors qu’ils faisaient des compressions. Je voulais juste m’allonger et mourir avec elle. »

Deux minutes plus tard : miracle! La petite fille revenait à la vie!

« J’ai demandé au médecin des soins intensifs “Qu’est-ce qui s’est passé?” Et il a répondu “Le syndrome du bébé secoué”. J’ai alors regardé mon ex-mari et lui ai dit : “Est-ce que tu l’as secouée?” Il a répondu “Non!” »

Après quatre semaines aux soins intensifs, Sierra a obtenu la garde complète de ses deux enfants.

« Les enquêteurs ont demandé au père de mes enfants et à moi-même de passer des tests polygraphiques. J’ai finalement commencé à sortir du déni après avoir appris que son père avait échoué le test. Il n’a jamais avoué quoi que ce soit, mais les enquêteurs sont convaincus qu’il l’a secouée. »

« Une fois sortie de l’hôpital, j’ai emmené mes deux enfants vivre chez ma grand-mère. J’étais complètement vidée émotionnellement et physiquement. J’avais été projetée dans une vie complètement différente et j’étais terrifiée. Je n’avais aucune expérience dans les soins d’un enfant ayant des besoins spéciaux. J’ai dû apprendre jour après jour et j’ai commis de nombreuses erreurs en cours de route. J’étais tellement en colère. J’étais en colère contre mon ex-mari, j’étais en colère contre Dieu pour avoir permis que cela arrive à mon enfant, et je me suis sentie désolée pour moi-même. Il y avait tellement de nuits que je restais éveillée avec mon enfant qui hurlait de douleur et étouffait constamment, et je finissais par pleurer moi-même jusqu’à m’endormir. Je me suis dit : “Je veux que ma fille revienne. Ce n’est pas ma fille, je veux juste la voir sourire à nouveau et l’entendre roucouler et la tenir sans tubes” J’ai quitté mon travail pour prendre soin d’elle. Je ne savais pas qu’un enfant comme elle était capable de recevoir des soins infirmiers privés, je ne l’ai su que des mois plus tard. Donc c’était juste moi et elle. Elle avait besoin de plusieurs rendez-vous chez le médecin et de différentes thérapies. Après des mois de travail, je me suis finalement habitué à une “nouvelle normalité”. »

« J’ai commencé à cesser de m’inquiéter des choses sur lesquelles je n’avais aucun contrôle […] J’ai appris que le pardon est plus pour nous que pour celui que nous devons pardonner. Une fois que j’ai décidé que peu importe si cette personne était désolée ou non, j’allais quand même pardonner et aller de l’avant, j’ai senti un tel poids me quitter des épaules.

Cela fait maintenant plus d’un an que ma fille a été blessée. Bien qu’elle ait été diagnostiquée aveugle, souffrant de la paralysie cérébrale, de la gastroparésie et les médecins la considèrent comme une personne gravement handicapée, elle est un véritable miracle à mes yeux.

Le père de ma fille vient la voir tous les deux ou trois mois sous ma supervision. Je suis maintenant en paix avec ça et je ne le laisse pas m’atteindre. Nous avons été mariés pendant près de quatre ans et, pendant tout ce temps, il a lutté contre la dépendance et j’ai souffert des conséquences de cette dépendance. Je me suis mariée quand j’ai découvert que j’étais enceinte de notre premier enfant en 2014. J’ai vite compris que ce n’était pas une raison suffisante pour se marier avec quelqu’un. Je ne peux pas dire que tout était mauvais, mais s’il vous plaît, si vous êtes dans une relation qui ne vous semble pas bien, partez avant que quelque chose de grave ne se produise, car c’est inévitable, ça arrivera. »

« Cette vie de mère célibataire face à un bébé ayant survécu est difficile, mais elle est une battante et elle veut vivre, et je me battrai toujours à ses côtés. Une chose que j’aimerais que les gens retiennent de mon histoire, c’est que, si vous êtes en couple avec quelqu’un qui vous a maltraité mentalement ou physiquement, ne le laissez jamais seul avec un enfant. Surtout s’il y a une possibilité, qu’ils peuvent être sous l’influence de quelque chose. J’ai des idées sur ce qui est arrivé à ma fille, mais la réalité est que je ne saurai peut-être jamais avec certitude. »

source

...

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez Nous sur Facebook !