Elle tue et découpe sa collègue de travail puis la jette à l’eau

C’est un véritable film d’horreur. C’est exactement ce qu’on s’est dit lorsqu’on a appris qu’une femme avait tué et découpé sa collègue de travail puis l’avait jeté à l’eau. Son jugement débute ce lundi.

C’est LCI qui rapporte cette nouvelle qui donne la chair de poule qui nous vient de Toulouse. En effet, Sophie Masala, une mère de famille de 55 ans est accusée d’avoir  tué et découpé sa collègue de travail, Maryline Planche. Elle l’a ensuite jeté dans l’eau pour la faire disparaître complètement. Les faits remontent au mois de mai 2016 et ils font littéralement froid dans le dos. D’ailleurs, les membres de la victime ont été retrouvés sur les rives du Canal du Midi. Une histoire effroyable du début à la fin et depuis ce temps-là, une question est sur toutes les lèvres: qu’est ce qui a poussé Sophie Masala à commettre une chose pareille ?

LCI indique que c’est une question qui reste pour le moment encore un peu floue même si les deux collègues ne s’aimaient pas. La chaîne de télévision explique notamment qu’elle a été examinée par des psychologues et des psychiatres, mais ces derniers n’ont détecté aucun problème mental chez elle. Pourtant, elle a fait preuve d’une grande violence presque proche du sadisme puisqu’elle a fracassé la tête de sa collègue avec une bouteille avant de la découper à l’aide d’une scie à métaux. Elle a par la suite transporté les morceaux dans un chariot de grande surface et les a jetés dans le Canal du Midi.

Il ne s’agit donc pas d’un crime comme les autres. LCI raconte que les deux collègues, les deux âgées d’une cinquantaine d’années, ne s’entendaient vraiment pas bien. La chaîne de télévision relate que Sophie Masala était vue comme une mythomane manipulatrice alors que Maryline Planche était tout le contraire, une personne consciencieuse et discrète qui était également mal voyante. D’ailleurs, elle avait eu un rendez-vous chez le médecin le jour du drame. C’est notamment le fait que Maryline soit bien vu de ses supérieurs qui aurait grandement agacé Sophie au point de passer à l’acte.

LCI indique que son procès débute ce lundi et il promet d’être intense. Le verdict devrait être rendu ce vendredi. La chaîne de télévision explique que celle qu’on surnomme «la démembreuse du Canal du Midi» n’en est pas à son premier problème avec la justice. En effet, en 2011, elle avait été condamnée pour avoir détourné des fonds de l’université de Montpellier.

Source: LCI
Crédit Photo: Adobe Stock

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *