Une jeune fille de 11 ans se suicide car elle est victime de harcèlement à l’école

On tient une des nouvelles les plus tristes de la journée et elle nous vient de la petite ville d’Herblay dans le Val-d’Oise où une petite fille de 11 ans s’est suicidée parce qu’elle était victime de harcèlement à l’école. Une véritable tragédie.

C’est Le Parisien qui rapporte l’histoire de la petite Evaëlle, 11 ans, qui a décidé de mettre fin à ses jours parce que le harcèlement dont elle était victime à l’école était devenu trop difficile à vivre. Ses parents l’ont retrouvée pendue à son lit. La jeune fille avait fréquenté deux écoles au cours de l’année scolaire, elle était d’abord scolarisée au collège Isabelle-Autissier avant de changer au mois de février pour l’établissement Georges-Duhamel. La raison de ce changement d’école ? Du harcèlement scolaire qui était devenu invivable.

Le plus fou dans cette histoire c’est qu’en plus de recevoir des insultes quotidiennes de ses camarades de classe, un de ses professeurs était lui aussi entré dans ce cercle vicieux, explique Le Parisien. Cette professeure en question l’avait traitée de folle. Une amie d’Evaëlle expliquait que cette enseignante avait l’habitude d’être assez désagréable avec ses élèves, surtout lorsqu’ils avaient du mal à accomplir certaines activités scolaires. Cette dernière était connue pour avoir l’habitude de s’attaquer aux plus faibles.

Le quotidien d’Evaëlle était donc très morose. Le Parisien indique qu’elle mangeait tout le temps tout seul à la cantine. D’après les informations du quotidien, seule son implication dans les scouts lui donnait une bouffée d’air dans sa vie ponctuée de moqueries et de bassesses. À la place de se confier sur ce qu’elle vivait au quotidien, elle a préféré le garder pour elle, une véritable torture qui l’a mené à commettre un geste regrettable qui rempli de chagrin ses parents qui auraient aimé pouvoir plus l’aider.

Le Parisien explique que les parents d’Evaëlle vont déposer plainte pour que l’histoire de leur petite fille ne disparaisse pas dans l’oubli. Il souhaite que l’histoire de leur enfant puisse aider tous les autres qui vivent la même chose au quotidien. Ces derniers souhaitent donc que la parole se libère pour que ce genre de tragédie ne se reproduise plus.

Source: Le Parisien
Crédit Photo: Courtoisie

...

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez Nous sur Facebook !